Au paradis perdu

Ça fait quatre jours que l’on n’a pas écrit d’article, mais tout va bien, nous n’avons perdu personne. Nous nous sommes promenés pas mal dans les îles ces derniers temps. D’abord trois jours aux Saintes. Ouf, superbe, on s’en reparle… J’avais tout d’abord envie de placer quelques mots sur notre balade d’aujourd’hui dans les îles de              Petite Terre

Lire la suite

Viens-tu danser la Chikungunya?

Réveil vers 8 h, il doit bien faire quelque chose comme 30 degrés. Petit déjeuner sur la table extérieure. Un grand bol de café au lait et de la baguette accompagnée de confiture à la banane, à la mangue et au fruit de la passion. Comme notre ami guadeloupéen a gagné son combat à la machette contre une noix de coco, cela complète le premier repas de la journée! À droite, on peut voir des montagnes totalement couvertes d’arbres, d’ici on dirait des milliers de brocolis… En face, la mer des Caraïbes où l’on peut apercevoir deux petites îles : Les Saintes, toutes aussi verdâtres qui se marient bien au bleu de la mer!

En dégustant notre café au lait tout en contemplant le paysage, on jase de chikungunya! Au début, je croyais que c’était un genre de danse créole, j’ai d’ailleurs envie de danser à chaque fois que j’entends ce mot. Il se placerait très bien à travers un rythme de Djembé;

« olllllé ollllllaa Chikungunyaaaaaa »

Bon, la signification du mot freine un peu notre élan rythmique, c’est une maladie infectieuse tropicale transmise par les moustiques tigres, paraît qu’ils rugissent et ont des rayures …
Les chances sont minces, mais suite à une attaque du moustique tigre porteur de la Chikungunya, on pourrait subir des symptômes ressemblant à l’arthrose. Donc au pire, on aura un avant-goût de la vieillesse…

Loin de là le but d’inquiéter les mamans des voyageurs et voyageuses; on en parle surtout, car l’on aime bien le mot, et de toute façon on prend des douches de Off, de Muscol et de Watkins trois fois par jour. On se fait aussi des ¨shooters ¨de citronnelle. Tous les moustiques tigres dans un rayon d’un kilomètre en perdent leurs rayures et s’enfuient en courant. Ils se passent le mot entre eux : « bizz bizz n’approchez pas les Gaspésiens ».

Bref, y’a pas de soucis! Et Éloise vient de sortir son ukulélé, on se met donc tous à danser.

« olllllé ollllllaa Chikungunyaaaaaa ! »

DSCF5196